Blog La terre

Bêcher son jardin : une mauvaise pratique ?

Cela fait des décennies que le bêchage est pratiqué. D’ailleurs, les anciens vous diront que cette pratique est absolument incontournable lorsqu’on désire préparer son terrain. Cependant, le bêchage ne fait plus guère l’unanimité et est même de moins en moins pratiqué. Que faut-il faire alors : bêcher son lopin de terre ou opter pour une autre option ? Quels sont les points forts du bêchage ? Quels en sont les inconvénients ?

Pourquoi le bêchage a-t-il eu autant de succès par le passé ?

Et bien parce qu’il apportait à la terre des bienfaits indéniables, mais surtout parce qu’il était facile à effectuer. Ce n’est donc pas un hasard de constater que cette pratique du bêchage s’est vu être utilisée depuis déjà plusieurs siècles par les agriculteurs. Lorsqu’on bêche, on retourne la terre. En faisant cela, les végétaux indésirables qui se trouvaient à la surface se retrouvent désormais dans le sol et sont ainsi privés des rayons du soleil. Ce qui provoquera leur mort.

Après avoir retourné la terre, il faut prendre un râteau et émietter les gros morceaux de terre afin que le terrain soit plus pratique à utiliser. La dernière étape du bêchage est de mettre tout au même niveau avant de pailler le terrain avec des végétaux (ou des minéraux). Ces différentes étapes sont à la portée de tout le monde, même de ceux qui sont des débutants en jardinage.

Ce qui se passe dans le sol quand on ne bêche pas

Considérer la terre de votre jardin comme un univers n’est pas exagéré. En effet, à l’intérieur de ces morceaux de terre se trouve une vie. Lorsque les feuilles des arbres tombent sur le sol, elles sont attaquées par la faune microcosmique vivant dans le sol. Puis, cette faune microscopique va produire des excréments. Ceux-ci contiennent un élément appelé « lignine ». Pour obtenir naturellement de l’humus, il est impératif que les champignons s’attaquent à la lignine. Une fois que c’est fait, l’humus va être remué et transporté par les vers de terre qui ne cessent d’être en mouvement. L’humus va alors se mélanger naturellement à l’argile du sol et une terre végétale naître de cette union. Cette terre est souvent riche en engrais et en éléments nutritifs.

Les conséquences du bêchage régulier

Lorsqu’on pratique le bêchage sur un terrain, la terre doit être retournée. Or, le fait de retourner le sol constamment a un impact préjudiciable : la terre végétale (qui s’est formée naturellement suite au mélange de l’argile et de l’humus) ne se dégrade plus naturellement. Plusieurs points expliquent l’arrêt de cette dégradation naturelle :
  • La faune épigée (qui se trouve à l’origine dans le sol et dont la mission est de s’attaquer aux branches et feuilles tombées sur le sol) n’est plus à sa place et de ce fait, ne peut plus s’attaquer aux feuilles qui, auparavant, sont tombées des arbres.
  • Les champignons qui sont censés s’attaquer à la lignine ne peuvent effectuer cette mission sous la terre à cause du manque cruel d’oxygène à l’intérieur du sol.
Comme les diverses dégradations naturelles sont perturbées, la formation de la terre végétale l’est tout autant. Cela aura pour conséquence finale la formation d’une terre de moins en moins riche en engrais naturels. Le bêchage continu aura donc, tôt ou tard, un effet nuisible qui va déstabiliser la fertilité naturelle du sol.

Quelles sont les alternatives au bêchage ?

Plusieurs options peuvent être choisies à la place du bêchage. En premier lieu, il y a le fait de couvrir son terrain. Pour cela, il faut utiliser une toile conçue pour le paillage. Cette toile doit être synthétique ou biodégradable. Le fait de couvrir son sol va éviter le développement des mauvaises herbes. Par ailleurs, cela va permettre aux vers de terre et à la faune épigée de se développer naturellement tout en enrichissant votre sol. À la place de la toile biodégradable, il est possible d’utiliser n’importe quel type de paille.

La deuxième option concerne le cas où votre sol est assailli par une végétation indésirable. L’astuce est simple : se munir de cartons qu’on va ensuite déposer sur le sol. Les cartons ne devront pas contenir de colle ou d’impression. Les cartons vont se dégrader progressivement naturellement et cela va rendre votre sol propre. Mais il faudra tout de même attendre quelques semaines pour observer un tel résultat.

La troisième possibilité est de se tourner vers un outil de jardinage tout juste après avoir couvert le terrain. L’outil le plus adéquat est « la grelinette ». En se servant de cet outil, il va être possible de remuer le sol sans pour autant le retourner : les végétaux et la flore épigée seront donc préservés.

Leave a Comment